Notice! Do you want to check out our English website?
05/02/2020

Nous avons eu l'opportunité de tester la console de jeu rétro PocketGo, ainsi que la version avec un plus grand écran, le "Pocket Go V2" offerts par le fabricant lui-même. Après une utilisation de quelques semaines, je suis enfin prêt à vous livrer mon expérience dans l'article qui suit.

New PocketGo V2

Console de jeu vidéo rétro New PocketGo V2 

disponible chez AliExpress à 62,05€ 

PocketGo

Disponible chez AliExpress à 30,18€ 

Design et fabrication 

Ma première réaction après le déballage (de la première version) a été : "Je l'imaginais plus grand". Le Pocket Go est en fait assez petit, ce qui affecte à la fois le fonctionnement et l'affichage. D'une certaine manière, je le trouve assez petit dans mes mains ; on peut atteindre toutes les touches, mais la prise n'est jamais vraiment "naturelle".

Il est un peu plus adapté aux mains des enfants. Donc si vous pouvez surprendre les vôtres avec des jeux plus anciens (au lieu d'une Nintendo DS, par exemple), vous aurez au moins un appareil de la bonne taille.

La nouvelle version est donc bien meilleure. Non seulement il tient mieux dans la main, mais l'affichage plus grand donne aussi une meilleure image de l'univers. La qualité générale du travail est assez bonne. La coque en plastique est assez précieuse et les espaces ne sont pas trop grands. Néanmoins, le PocketGo V2 suffit toujours aussi bien dans votre poche.

Design

Pocket Go 

À l'exception de la croix directionnelle, toutes les touches sont un peu bancales, mais pas de manière pertubantes. Sur les touches (A, B, X, Y), je n'aime pas beaucoup le point de pression ; les touches s'enfoncent un peu trop profondément, ce qui rend particulièrement difficile les entrées rapides. Toutes les autres touches me plaisent bien.

Pocket Go V2

Là encore, la croix directionnelle est la mieux travaillée. Les touches A/B/X/Y ne vacillent pas autant que sur le petit modèle, mais ont un point de pression pas aussi bon qu'avant. On s'y habitue, mais à mon goût, il faut les presser un peu trop fort, ce qui, surtout au début, conduit souvent à ce que l'entrée ne soit pas reconnue.

Touches
La touche directionnelle est bien faite, le stick non. 
Croix directionnelle
Juste à côté de la touche "start" se trouvent des LED qui indiquent l'état de la batterie.

Je n'ai pas à me plaindre des boutons gachettes. Contrairement au modèle précédent, on compte maintenant quatre boutons au total. Tous sont faciles d'accès, surtout parce que les touches intérieures sont un peu plus hautes. La résistance est également agréable.

Par contre, le stick analogique est malheureusement échec total. Il est très court, ce qui rend les mouvements précis plus difficiles. Ceux qui connaissent la différence entre le stick des joy-cons et de la pro controller savent ce que je veux dire. Seulement que le stick ici est encore plus petit que celui des joy-con.

Mais ce qui est encore plus ennuyeux, c'est que le stick est extrêmement lourd. Il faut beaucoup trop de force pour le déplacer, ce qui le fait aussi glisser régulièrement si vous ne le tenez pas avec beaucoup de pression. En outre, il est trop profond et ne peut être atteint confortablement avec le pouce.

Dans l'ensemble, même avec les jeux en 3D, j'ai toujours préféré la croix directionnelle au stick analogique, que l'on ne peut utiliser que dans des cas exceptionnels.

port de connexion
Les touche du volume à côté de la connexion des écouteurs.

Deux boutons sur le panneau supérieur vous permettent de régler le volume. Malheureusement, même le niveau le plus bas est si fort qu'il est impossible de jouer dans une pièce calme sans que tout le monde s'en aperçoive. Heureusement, il y a aussi une prise jack pour que vous ne manquiez pas le son et la merveilleuse musique 8 bits nostalgique, même en public.

Disque dur

Le nouveau PocketGo a également fait quelques progrès en termes de matériel par rapport à son prédécesseur. Alors que le plus petit modèle était toujours équipé d'un processeur Allwinner F1C100S et de seulement 32 Mo de RAM, le nouveau PocketGo est désormais équipé d'un double cœur JZ4770 à 1 GHz et d'une mise à niveau vers 512 Mo de RAM. Les deux sont bons pour la console, et même les jeux en 3D fonctionnent maintenant beaucoup plus facilement qu'auparavant.

En outre, il y a maintenant une mémoire interne de 32 Go à côté du slot micro SD, qui est encore absente dans la première version. Et il y a deux emplacements SD ici.

Écran 

En fait, il n'y a pas grand-chose à se plaindre en ce qui concerne l'affichage du PocketGo : les couleurs sont vives, la résolution de 320×240 est absolument suffisante pour la plupart des jeux rétro en pixel graphique. Malheureusement, l'écran est un peu trop petit à 2,4 pouces. Cela pourrait suffire pour certaines personnes, et avec la taille de la console, il n'y a probablement pas grand chose de plus. C'est bien que ce problème ait été résolu avec la nouvelle version.

Au lieu de l'écran de 2,4 pouces du modèle précédent, le nouveau PocketGo dispose d'un écran de 3,5 pouces. La résolution reste de 320x240p, mais comme la sélection des jeux n'a pas beaucoup changé, cela suffit ici aussi. De belles couleurs et une luminosité suffisamment élevée permettent un très bon affichage général.

Luminosité
Pas si grave, mais visible dans l'obscurité : la lumière sur les bords, surtout en bas de l'écran.

OS

Les deux appareils utilisent des versions différentes d'OpenDingux avec l'interface GMenu2. Sur le nouveau PocketGo, l'ensemble est un peu plus ordonné et joli, mais la disposition est la même sur les deux appareils. Outre les jeux proprement dits, il y a beaucoup de fonctions supplémentaires, de paramètres, de calendriers, de calculatrices... beaucoup de choses dont vous n'avez pas besoin pour la plupart et dont tout ne fonctionne pas toujours.

Émulateur
Les émulateurs sont déjà installés.

Vous devez vous sevir des gachettes pour naviguer dans les différents menus. Sous la rubrique Jeux, il y a des jeux préinstallés, qui sont en partie des originaux et en partie des copies de titres connus. Sous Emulateurs, nous trouvons une liste des différents programmes, et sous chacun d'eux une liste des jeux déjà installés.

applications

Il est également possible d'installer des microprogrammes alternatifs. Je l'ai fait aussi - mais un peu par nécessité, car j'ai formaté la carte SD avec le microprogramme d'origine. Sous Rogue CFW, vous pouvez installer des émulateurs supplémentaires et aussi des jeux via une deuxième carte SD. C'est un peu gênant au premier abord, mais c'est relativement facile une fois que vous l'avez fait.

Le microprogramme et les émulateurs se trouvent sur la carte SD, mais ils sont là dans une deuxième partition (Linux). Cette partition n'est pas reconnue correctement par Windows, c'est pourquoi il vous sera demandé de formater la carte. Ne faites pas cela si vous voulez continuer à utiliser la console, sinon vous devrez la rebooter complètement.

Fonctionnement 

Comme mentionné ci-dessus, il existe de nombreux émulateurs ainsi que plusieurs jeux préinstallés. La qualité est très différente, tous les jeux ne fonctionnent pas de la même façon ou ne fonctionnent pas du tout, et l'affichage varie également en fonction de la console et du jeu. Il existe des émulateurs pour les anciennes consoles Nintendo NES et SNES ainsi que GB et GBA, et d'autres consoles rétro comme la Sega Megadrive ou l'Atari 2600. Il y a aussi quelques jeux d'arcade et des ports PC.

mario

Comme mentionné, tous les jeux ne sont pas également jouables. Les raisons sont différentes : parfois le jeu indique une protection anti-copie ou une violation des droits d'auteur, parfois les contrôles ne sont pas correctement attribués, parfois les jeux ne démarrent pas du tout ou se plantent après avoir démarré. Je n'ai pas pu tester tous les jeux de manière approfondie, mais à mon avis, seuls quelques titres sont concernés.

Les titres pour PC ou Playstation en particulier ne sont souvent pas jouables pour diverses raisons. Tomb Raider 1, par exemple, démarre et joue même la séquence d'introduction après le menu principal, mais après cela l'écran reste noir. D'autres titres Playstation, comme Spyro the Dragon, sont jouables sans restrictions majeures, même le taux d'images par seconde reste dans une fourchette agréable.

GTA2

Mais parmi les jeux SNES et GB, je n'en ai trouvé pratiquement aucun qui n'était pas jouable. Par exemple, certains des titres Mario, Donkey Kong et Zelda sont préchargés avec des ROM. Mais aussi des classiques comme Street Fighter ou Metal Slug.

Menu

Conclusion 

J'aimais déjà le PocketGo et il est en gros suffisant pour la plupart des vieux jeux 8-bit. En raison du boîtier et de l'affichage plus petits ainsi que du matériel, qui est peu performant dans les jeux plus exigeants, il ne semble pas encore tout à fait accompli. Je la recommanderais tout au plus aux enfants, s'ils s'intéressent aux vieux classiques.

Le nouveau PocketGo est une mise à niveau absolument judicieuse et réussie. La manipulation est meilleure et les jeux sont tout simplement plus amusants grâce à l'écran plus grand et au logiciel plus puissant. Encore une fois, tous les jeux ne se dérouleront pas, surtout dès qu'il s'agira de jeux PS1. Si vous voulez simplement un produit fini avec des jeux préinstallés, vous ne serez pas forcément content non plus : il n'y a pas que quelques titres parmi lesquels choisir, mais si vous voulez jouer quelque chose de différent, vous devez faire avec le logiciel et accepter que tous les titres ne fonctionneront pas au premier coup (ou pas du tout).

Mais si vous êtes prêt à le faire, et surtout si vous êtes prêt à jouer les titres de l'ère pré-3D, vous aurez une très bonne console rétro à mon avis avec le PocketGo V2. Un modèle comparable est le très bon RG350, que nous avons également testé récemment.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez vous à notre page Facebook et ne manquez plus aucune de nos publications ;)

>> Voir le gadget 

« Article précédent Prochain Article »