Notice! Do you want to check out our English website?
30/09/2019

Le FIMI X8 SE est le successeur du drone Xiaomi Mi. Son équipement et le rapport qualité-prix en font potentiellement une meilleure alternative du DJI fabriqué en Chine.

Drone FIMI X8 SE

Drone avec caméra Fimi X8 SE 

Disponible chez Banggood à 457,52€ | GearBest à 458,09€

Fiche technique 

Modèle : FIMI X8 SE

Dimensions : 204 x 106 x 73 mm (déplié)

Poids : 790 g

Batterie : 4.500 mAh

Durée de vol : maximum 33 minutes

Vitesse : maximum 65 km/h

Caméra : f2.2 12 MP CMOS; 78,8° FOV, gimbal à 3 axes

Video: 4K @30fps

Caractéristiques : Portée de 5 km; localisation des déplacements, GPS, GLONASS

Prix approximatif : 440€

Sortie : Printemps 2019

Design 

FIMI communique très ouvertement sur son propre site web qu'elle se considère comme faisant partie de l'écosystème Xiaomi. En fait, l'entreprise était déjà à l'origine du développement du drone Xiaomi, qui a été lancé en mai 2016. Les modèles plus récents sont maintenant également vendus sous le nom de FIMI. Le premier modèle fut le FIMI A3, qui rappelait les anciens drones Mi.

Drone replié
Une fois plié, le drone s'insère facilement dans le sac à dos.

Le X8 SE s'inscrit également dans la continuité du design, mais apporte également d'autres changements. Les bras du drone sont désormais pliables pour la première fois, comme c'est le cas avec le Mavic 2 ou le Hubsan Zino. L'avant de la face supérieure de l'appareil photo est un peu plus large et a maintenant une couverture noire. La batterie n'est plus poussée vers l'arrière du drone, mais est décalée verticalement vers le haut et se trouve exactement au milieu du drone.

Accessoires

Le drone et la télécommande sont rangés de façon compacte dans la boîte, dans laquelle on ne trouve pas beaucoup d'accessoires. Sous le drone se cachent au total six rotors et les différents câbles pour la télécommande. Sur le côté droit se trouve le câble de charge de la batterie. Ce dernier a d'ailleurs une prise de courant européenne.

Emballage
 

Le manuel joint est également en anglais et explique la première installation, la structure et les différentes fonctions en étapes individuelles. Dans l'ensemble, il n'y a pas de mauvaises surprises.

Accessoires
 

Télécommande

La télécommande a été légèrement modifiée par rapport au modèle précédent. À la place de l'écran intégré, vous devez à nouveau connecter votre propre smartphone. Pour ce faire, la télécommande est depliée latéralement et le téléphone mobile est installé au centre. La poignée très large peut être inhabituelle, mais à part cela, la télécommande a l'air chic et tient bien dans la main.

télécommande

La télécommande est connectée au smartphone à l'aide d'un des trois câbles fournis. Les câbles ressemblent beaucoup à ceux de la télécommande du Mavic 2. Ceci est certainement dû aux connexions ; micro-USB, USB-C ainsi que le connecteur Lightning, un choix qui est bien sûr logique.

câble

Un autre point qu'on a dû copier chez le DJI : Les sticks de contrôle amovibles. Comme pour le Mavic 2, ils peuvent être dévissés et placés directement dans la télécommande. Peut-être seulement imité, mais toujours très pratique. Malheureusement, il n'y a pas de bâtonnets de rechange inclus, alors ne les perdez pas.

Sticks
Détails

Je ne donnerais que 8/10 points pour le traitement de la télécommande. Au fond, le traitement est bon et l'haptique excellente. Mais après quelques vols, la base en silicone du smartphone s'est détaché sur un coin. Il est possible que cela ne s'aggrave pas, mais l'effet de perfection n'y est plus. De plus, les câbles ne sont pas traités de manière optimale. Ils ressemblent peut-être à ceux du DJI, mais ils sont faits de plastique de qualité inférieure. En passant, il en va de même pour les rotors du drone. Pas mal, mais pas tout à fait de la meilleure qualité.

Mise en marche

Avant de vous lancer dans le pilotage du drone, vous devez d'abord installer l'application. Par ailleurs, il faut toujours préparer le drone avant chaque vol. C'est à dire : charger la batterie, installer les rotors et connecter le smartphone.

Application
 

Les différentes étapes sont brièvement expliquées dans le manuel, mais je tiens à les mentionner à nouveau ici. Tout d'abord, vous avez besoin de l'application FIMI Navi, que vous pouvez télécharger dans la Playstore ou dans l'App Store. Pour faire plus simple, scannez simplement le QR-Code dans le manuel. Après, il faudra choisir votre région et créer un compte, ce qui est fait en quelques instants.

App

Il est probable qu'une mise à jour vous soit directement indiquée ; j'ai eu deux mises à jour du logiciel pendant les premiers jours. Le processus est également très simple. Tout d'abord, vous téléchargez la mise à jour sur votre smartphone. Puis, il faudra connecter le téléphone à la télécommande et l'allumer, ainsi que le drone. Dès que vous entrez dans l'interface de vol réelle via "Enter Device", l'application devrait vous proposer de transférer la mise à jour sur le drone. Cela nécessite l'installation d'une carte SD dans le drone, vous devriez donc l'avoir prête.

Le drone est maintenant prêt à partir. En option, vous pouvez ignorer la mise à jour et commencer à voler immédiatement.

Je vous recoomanderais de vous familiariser avec l'interface avant le vol. Elle est similaire à la plupart des autres applications et suit la même structure. Le haut de l'écran affiche l'altitude, la distance, la vitesse, l'intensité du signal GPS, la connexion WiFi et le niveau de batterie. En haut à droite, vous trouverez les réglages. Les commandes de la caméra sont situées sur le bord droit comme d'habitude, tandis que les réglages de la caméra sont affichés en bas.

Il faut moins d'une minute pour installer le drone. Dépliez les bras et branchez les rotors. Une petite marque sur les deux bras permet de savoir où les rotors devraient être installés. Veillez à ce que les rotors s'enclenchent correctement ! Les deux hélices avec le marquage sont surtout les plus difficiles à utiliser, du moins sur notre modèle. S'ils ne sont pas correctement installés, ils peuvent se détacher en vol, même s'ils semblent coincés.

Caméra

La caméra peut enregistrer des vidéos 4K à une cadence de 30 images par seconde. L'enregistrement jusqu'à 60 ips est également possible pour la prise de vue 2K, et on va jusqu'à 100 ips pour la vidéo Full HD. Contrairement au FIMI A3, il y désormais un cardan à 3 axes qui stabilise les enregistrements. Le capteur 1/2,3" integré est le Sony IMX378, qui est également utilisé dans le Mavic 2 Zoom. En principe, l'appareil photo peut également être utilisé pour le zoom, mais ce n'est qu'un zoom numérique.

caméra

Après les premiers vols, je suis particulièrement fasciné par le cardan. Les prises sont extrêmement silencieuses et comparables à ceux du Mavic 2 de DJI, l'accélération et le freinage, même à grande vitesse, sont bien équilibrés, tout comme l'inclinaison latérale en vol latéral. Je n'aime pas l'inclinaison manuelle de la caméra à 100%, parce que la roue en haut à gauche du manuel n'est pas assez fine. Il faut beaucoup de sensibilité pour abaisser ou soulever le cardan lentement et uniformément. Vous pouvez peut-être l'améliorer en ajustant la vitesse d'inclinaison.

La qualité des enregistrements me rend un peu sceptique. Alors que les vidéos 4K ont vraiment l'air excellentes, les enregistrements en Full HD (60 ips) semblent étrangement pixellisés. Malgré un débit binaire plus faible, je n'arrive pas encore à l'expliquer. Pendant le tournage, ce n'est pas vraiment perceptible sur le smartphone, mais en le regardant plus tard, la différence ne peut pas être négligée (même sur un écran Full HD). 

En outre, il faut penser à une carte SD appropriée. Le fait qu'il devrait avoir un certain volume de mémoire est de toute façon évident. Si vous videz la carte après chaque vol et sauvegardez les photos, 32 Go suffisent, 64 Go ou plus sont mieux. Mais la vitesse joue aussi un rôle, avec une Classe 10 vous n'avez pas besoin de faire des enregistrements 4K - comme je l'ai encore remarqué. Ici, vous devez absolument utiliser une carte SD V30 à V90.

Jusqu'à présent, je n'ai pris que des photos en résolution 8 MP, mais elles sont très belles jusqu'à présent. De fortes différences de luminosité (avec ciel clair et rétroéclairage) sont bien sûr un problème, mais vous pouvez également essayer les réglages de la caméra un peu.

image
photo

Localisation 

Grâce au GPS et aux capteurs optiques, le drone est également capable d'utiliser certains modes de vol intelligents ou indépendants. Par exemple, vous pouvez utiliser une application pour survoler des repères de balisage ou orbiter autour d'un objet. Une fonction "Rocket" automatique (vol vertical avec la caméra dirigée vers le bas) ou "Dronie" (montée en arrière) sont également possibles. Différentes fonctions de suivi permettent de suivre un objet ou une personne sous différents angles. Il est également possible d'enregistrer en vol libre, avec un objet mis au point ou avec des waypoints, selon la description.

Le drone a différents modes de poursuite. J'aime bien le design de l'application, qui montre d'abord un aperçu des différentes catégories (piste, orbite, "dronie", etc.) via une icône pour les différentes fonctions smart. Un tap sur "Smart Track" affiche alors trois nouvelles icônes qui représentent les différentes options de suivi. Le drone peut rester à un endroit et suivre un objet avec la caméra, voler parallèlement à un objet en mouvement ou suivre un objet à une certaine hauteur et distance.

Pour commencer, faites simplement glisser un rectangle avec vos doigts autour de l'objet ou de la personne désirée. Dès que vous confirmez la sélection avec "Go", le FIMI démarre le suivi. Pendant le mouvement de caméra, vous pouvez toujours contrôler le drone manuellement. En supposant que le drone filme une personne en train de faire du jogging, la distance et la hauteur peuvent être modifiées pendant que le drone continue à suivre automatiquement la personne.

Il existe également une fonction dite "Point of Interest", dans laquelle le FIMI fait le tour d'un point ou d'un objet. Ici, le point de départ, le rayon et la vitesse peuvent être réglés, puis le drone est envoyé sur sa trajectoire spécifiée, qui démarre alors automatiquement.

Connexion et portée

Avec la portée, c'est une de ces choses. Selon la description, le FIMI devrait pouvoir voler jusqu'à 5 km. Il doit toujours être piloté à vue, c'est-à-dire qu'il se trouve déjà bien en dessous de 500 mètres d'altitude, selon la météo. La télécommande suffit pour cela. De 100 à 150 mètres environ, l'écran de transmission vidéo devient jaune (au lieu de blanc), et de 300 mètres environ, il devient rouge pour indiquer que le signal s'affaiblit.

connexion
Distance de 115 m - Le signal vidéo (en haut à gauche) s'affaiblit déjà.

Étant donné que la transmission du signal était également affichée en jaune entre-temps, je suppose que 5 km sont loin d'être réalisables.

Cependant, j'ai trouvé troublant qu'il y ait eu des déconnexions répétées, même sur de courtes distances et avec un signal fort. Ce n'est pas nécessairement dangereux, car la fonction de retour automatique est extrêmement fiable, mais incroyablement ennuyeux. Comme je n'ai pas encore entendu parler du problème, je soupçonne que l'antenne du drone a peut-être détecté quelque chose. Pendant le dernier vol, le problème ne s'est pas produit du tout pendant plus de 20 minutes.

Batterie 

La batterie est assez grande avec 4.500 mAh, et est censée fournir jusqu'à 33 minutes de temps de vol. Le fabricant se limite lui-même à dire que cela n'est possible qu'avec une vitesse calme et constante de 8 m/s, mais que c'est quand même une valeur considérable. Si la batterie est presque vide, l'application avertit le pilote et le drone peut revenir indépendamment.

Cette valeur maximale est en effet très optimiste, mais néanmoins : le drone vole très longtemps. Jusqu'à présent, j'ai volé presque exclusivement dans des conditions calmes, mais à chaque fois, j'ai volé pendant plus de 25 minutes. 

CE
La batterie et le drone portent le marquage CE.

Le chargeur inclus recharge également la batterie assez rapidement : en moins de deux heures, vous êtes prêt à repartir.

Conclusion 

Dans l'ensemble, les caractéristiques du FIMI X8 SE vous donnent envie d'en savoir plus. Surtout le prix qui devrait susciter l'intérêt de beaucoup : le drone coûte environ 400€ (parfois plus, parfois moins) - c'est presque sans égal avec cet équipement. 

Jusqu'à présent, j'ai une bonne impression du FIMI. L'installation est rapide et facile, l'opération est facile même pour les débutants et surtout le long temps de vol est un gros plus pour moi. Le cardan fait un bon travail, ainsi que les différents modes de suivi, qui fonctionnent sans erreur jusqu'à présent. 

Cet article vous a plu ? Abonnez vous à notre page Facebook et ne manquez plus aucune de nos publications ;)

>> Voir le gadget 

« Article précédent Prochain Article »