Notice! Do you want to check out our English website?
28/11/2019

Avec le Nova3D Elfin, nous testons notre prochaine imprimante 3D SLA, que nous vous présentons dans le review suivant. Ses particularités sont sa plaque d'impression fortement adhérente et la possibilité de se connecter au WIFI. 

Imprimante Nova3D Elfin

Imprimante 3D Nova3D Elfin

Disponible chez AliExpress à 341€ | GearBest à 327,60€

Modèle : Nova3D Elfin

Vitesse : 30 mm /Std

Procédé d'impression : LCD-SLA

Surface d'impression : 130 x 70 x 150 mm

Épaisseur de la couche : 0,025 bis 0,1 mm

Caractéristiques : Prêt à l'emploi, écran tactile de 4,3 pouces, application de slicing "NovaMake"

Livraison et fabrication

Il n'y a pas de surprise à ce niveau, l'imprimante est livrée dans une boîte "ordinaire", et naturellement un peu plus grande que l'imprimante elle-même. Mais pas trop non plus ; l'espace disponible était bien utilisé. Tout était bien emballé et enveloppé dans de la mousse pour que rien n'arrive à l'appareil tant que le carton est manipulé avec soin. En tout cas, notre modèle n'était pas endommagé.

Emballage

Son apparence nous rappelle celle de l'Elegoo Mars, déjà mentionné, avec un couvercle orange qui recouvre à nouveau complètement l'imprimante. Cela empêche une trop grande quantité de rayons UV de s'échapper. Et le capot étanche retient très bien l'odeur de la résine. Même pendant l'impression et avec un réservoir plein, vous ne remarquerez rien de la résine synthétique tant que le couvercle reste fermé.

couvercle

L'écran et le bouton d'alimentation sont à l'avant, l'alimentation et la connexion USB à l'arrière. Mais il n'y a pas de véritable partie arrière, car le Nova3D Elfin est triangulaire et effilé vers l'arrière. Un design inhabituel, ale démarquant probablement des autres.

Design

Le réservoir de résine est également légèrement différent. Contrairement aux autres imprimantes, la bassine n'est pas enfoncée dans le support et fixée avec deux vis. Ici, il y a quatre crochets sur le côté de la baignoire avec lesquels elle est suspendue par le haut dans l'imprimante. Cela facilite sa manipulation, mais elle n'est pas aussi serrée que les autres modèles. Mais cela n'a pas eu d'effet notable sur la qualité des impressions.

Support
 

Sinon, nous avons comme d'habitude la tour de l'axe Z, où la plaque de pression est soulevée et abaissée grâce à une tige en spirale. La plaque, y compris le support, a l'air très solide, mais peut être facilement enlevée comme celle des autres modèles. Il est fixé par une vis de blocage sur la face supérieure.

écran

La base est en plastique, mais comme la plupart des modèles, l'imprimante est encore assez lourde (7,3 kg). À l'avant de l'imprimante se trouve un écran assez grand.

Accessoires

Les accessoires ne sont pas non plus sans importance, surtout si l'Elfin est votre première imprimante. Il y a un câble d'alimentation (avec prise DE), y compris l'alimentation électrique et une petite bouteille de résine, qui est pratiquement tout ce dont vous avez besoin pour imprimer. Il y a quelques petites clés Allen et des pièces de rechange pour le réservoir de résine. Sur une petite clé USB, vous trouverez un fichier de test et un logiciel de slicing.

Accessoires

Une spatule en plastique est incluse pour decoller les impressions de la plaque, mais elle s'est cassée assez vite. Nous parlerons bientôt de la particularité de la plaque d'impression. Il y a aussi quelques filtres jetables pour la résine et un petit entonnoir.

Qualité d'impression

Comme toutes les imprimantes SLA, l'Elfin dispose d'un espace d'impression réduit (comparé aux imprimantes FDM). Mais il est au moins légèrement plus grand que celui du Mars et du Photon S (13 x 7 cm contre 12 x 6,8 et 11,5 x 6,5). Pas grand-chose, mais quand même. La hauteur de l'impression est un peu plus basse avec 15 cm, mais vous ne l'utiliserez pas pleinement la plupart du temps de toute façon. Après tout, la hauteur de la pression à la fin est décisive pour la durée, alors que les dimensions des axes X et Y n'ont aucun effet sur celle-ci. (Incliner un modèle étroit et haut au lieu de l'imprimer en position verticale réduira considérablement votre temps d'impression.)

La hauteur des couches est comprise entre 0,1 et 0,025 mm. On obtient pas tout à fait les mêmes détails qu'avec les deux modèles de comparaison, mais ce n'est pas forcémment un inconvénient. Nous nous rappelons que même avec une hauteur de couche de 0,05 mm, les couches sont difficilement reconnaissables, selon le modèle. En dessous de cela, c'est du style libre, d'autant plus que cela implique des temps d'impression nettement plus longs. Il faut dire qu'il existe des imprimantes tout aussi chères avec un niveau de détail plus élevé.

pieuvre
La première impression (pieuvre) est bien faite.

Le fichier de test (tranché) sur la clé USB fournie est le poulpe représenté sur l'image ci-dessus. C'est déjà très bien fait, même si c'est un modèle avec des pièces mobiles. La hauteur de la couche d'impression d'essai était de 0,05 mm. Bien sûr, la pieuvre est aussi particulièrement belle en raison de la résine légèrement transparente utilisée.

L'impression suivante est la Tour Eiffel. Nous l'avons imprimée avec une hauteur de couche minimale de 0,025 mm ; l'impression a pris aussi long (environ 22 heures) en raison de la hauteur de l'impression.

Tour Eiffel

Jetez un coup d'oeil aux photos vous-même, le niveau de détail est incroyablement bon. Toutes les structures à l'intérieur de la tour sont bien faites, il n'y a pas de boucles disgracieuses et de restes de fibres. C'est pourquoi je préfère l'impression SLA. Jetez un coup d'œil à chaque poutre de la rampe au milieu, qui ont toutes été imprimées correctement.

Détails
Couches d'impression
C'est dans les photos en mode macro que les couches peuvent être reconnues.

Surface d'impression

Je voudrais mentionner une particularité de l'imprimante : Les impressions adhèrent très bien à la plaque. Je dirais même : trop bien ! Le temps d'exposition de la couche inférieure est 20 secondes comme valeur standard dans le logiciel de découpage, ce qui est déjà beaucoup plus faible que celle d'autres imprimantes (souvent 40-60 secondes). Néanmoins, l'impression est très difficile à enlever de la plaque, et on peine à le faire sans l'endommager. Après avoir réglé le temps d'exposition encore plus haut, je ne pouvais pas le faire sans laisser des rayures sur la plaque. L'image suivante ne vous plaira sans doute pas, mais croyez-moi : il n'y avait pas d'autre solution.

Plate d'impression
Quand l'impression 3D devient un sport extrême : il n'y avait pas d'autre moyen de détacher l'impression de la plaque.

En gros, c'est une bonne chose, parce que mes impressions avec l'Elfin n'ont jamais échoué parce qu'elles n'auraient pas collées à la plaque. Mais faites tout de même attention en les enlevant. Réduisez le temps d'exposition au début encore plus si vous ne voulez pas abîmer la plaque d'impression, ce qui est malheureusement déjà le cas chez nous. Je suis maintenant prêt à régler le temps d'exposition pour les premières couches moins élevé que pour les autres, et les impressions sont encore plus que satisfaisantes.

Logiciel de slicer

Nova3D inclut son propre logiciel de découpage NovaMaker sur une clé USB avec l'imprimante. Fondamentalement, le logiciel fonctionne comme ChiTuBox ou Anycubics Photon Workshop, mais l'interface diffère considérablement de ces deux programmes.

 

application de slicing

Tous les réglages sont situés sur le côté gauche, alors que dans le coin supérieur droit il n'y a que des boutons pour faire tourner le modèle ou aligner la vue.

slicing

Aussi dans la barre sur le côté gauche, on trouve le bouton pour les structures de support. Ceux-ci peuvent également être insérés automatiquement ou manuellement.

 

NovaMaker

Les autres paramètres d'impression se trouvent au bas de l'écran. Sélectionnez l'imprimante dans la liste, réglez l'épaisseur de la couche et le temps d'exposition, et vous êtes prêt à imprimer.

Impression WIFI 

Il convient également de mentionner que l'imprimante prend en charge l'impression WIFI. Cela signifie que vous pouvez l'intégrer dans votre WLAN et le contrôler directement depuis votre ordinateur ou portable. Après le découpage, il n'est pas nécessaire de glisser le fichier sur une clé et de le brancher sur l'imprimante, mais vous pouvez démarrer l'impression directement depuis NovaMaker.

WIFI

Je voudrais souligner que l'intégration dans le WLAN n'a pas fonctionné lors de notre premier essai. Il y a eu des erreurs de connexion qui se sont arrêtées toutes seules. Parfois cela fonctionne directement, parfois pas du tout. Je ne peux pas dire exactement ce que c'est pour le moment. La plupart du temps, j'utilise encore la clé USB.

La première étape consiste à connecter manuellement l'imprimante au WLAN. Il vous suffit de naviguer à l'écran jusqu'aux paramètres, puis paramètres réseau et d'y saisir les données du réseau. Ensuite, vous devrez entrer votre adresse IP pour l'imprimante qui vous sera indiqué dans le logiciel de découpage. Et c'est finit ! L'ordinateur correspondant doit dès lors se trouver dans le même réseau.

Réglages Wifi
Vous pouvez basculer entre les paramètres d'impression et les paramètres réseau via les onglets en haut de l'écran.

Vous avez maintenant la possibilité de contrôler l'imprimante directement via le logiciel. Vous pouvez déplacer ou recalibrer la plate-forme d'impression, envoyer des fichiers d'impression à l'imprimante et démarrer et contrôler l'impression. Cela vous évite de rester accroché à l'écran encore et encore et vous pouvez même installer l'imprimante dans une autre pièce et la surveiller depuis votre poste de travail.

Conclusion 

Afin d'avoir un peu plus de modèles de comparaison, nous voulions aussi essayer le Nova3D Elfin. Le support WIFI rend l'impression encore plus agréable, même s'il ne modifie pas le résultat de l'impression lui-même. Les impressions précédentes varient entre bonnes et très bonnes, il suffit d'être prudent avec la plaque d'impression fortement adhésive. Nous essaierons d'imprimer encore plus et nous vous tiendrons au courant dès que nous en saurons plus.

Pour être honnête, il me manque les gros contre-arguments sur les imprimantes SLA jusqu'à présent. La technologie est apparemment beaucoup moins sujette aux erreurs, et là où l'impression FDM doit lutter avec des buses bouchées et des axes mal vissés, l'impression SLA (une fois que vous avez mis à niveau correctement) ne rencontre plus aucun problème qui ne peut être résolu par un tranchage correct.

Ce sont donc les détails qui décident. Avec le Nova3D Elfin, j'apprécie particulièrement le bel écran et l'impression WIFI très, très agréable. La plaque d'impression me laisse plutôt un goût mitigé. Après l'avoir bien gratté avec uen pastule plastique et métallique au début, ça s'est amélioré quand j'ai réduit le temps d'exposition de façon significative. Dans l'ensemble, je peux certainement recommander l'imprimante. Ce qui parle le plus pour en sa faveur, c'est que les impressons réussissent tout simplement très bien dès le départ.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à notre page Facebook et ne manquer plus aucune de nos publications ;)

>> Voir le gadget 

« Article précédent Prochain Article »